Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (13/117)
Comment les assureurs peuvent-ils tirer parti de leurs actifs liquides?
Comment les assureurs peuvent-ils tirer parti de leurs actifs liquides?
Retour

Comment les assureurs peuvent-ils tirer parti de leurs actifs liquides?

22/03/2018

Christelle Ybanez

Christelle Ybanez

Responsable de Insurance Market Strategy

BNP Paribas Securities Services

Voir profil

Malgré les perspectives de hausse des taux d'intérêt - témoin de la volatilité récente des marchés boursiers mondiaux -, les assureurs opèrent toujours dans un environnement dont la faiblesse du rendement est historique. Toutefois, tout n'est pas négatif. De nombreuses options sont à la disposition des assureurs pour générer des revenus supplémentaires sans augmenter le risque d'investissement. Ils peuvent optimiser les actifs, en particulier les actifs liquides de haute qualité (HQLA, High Quality Liquid Assets) et, les liquidités étant considérées aujourd'hui comme l'enfant à problème, ils peuvent les rendre plus efficaces, voire en détenir moins. Quant à ceux qui cherchent à gérer leur collatéral aussi efficacement que possible, ils peuvent opter pour une solution tripartite et se rapprocher d'autres acteurs du marché

HQLA - débloquer la valeur d’un portefeuille

Il ne fait aucun doute que les assureurs se penchent sur le rendement supplémentaire potentiel découlant de l'engagement de prêt de titres. Le prêt de dette publique américaine et de certains pays européens (HQLA) est déjà l'un des principaux générateurs stables de revenus dans l'univers du prêt de titres. Les gestionnaires de portefeuilles à revenus fixes, plus enclins à s'engager dans des opérations de transformation de collatéral et dans des structures alternatives de réinvestissement de collatéral en espèces grâce à leurs programmes de prêt de titres, ont bénéficié de rendements supérieurs à la moyenne au cours des 18 derniers mois.

Pour les compagnies d'assurances soumises à la directive Solvabilité II, le prêt de titres n'a pas d'impact négatif sur leur ratio de solvabilité (SCR – Solvency Capital Ratio). En effet, les titres prêtés restent inclus dans le calcul du SCR du marché de l’assureur et sont traités comme s'ils restaient dans son bilan. Bien que le SCR de la contrepartie soit négativement impacté par l'activité de prêt de titres, une indemnisation par un agent de prêt de titres peut contribuer à atténuer le risque de contrepartie. 

Optimisation de la trésorerie

Les liquidités ont constitué une catégorie d'actifs problématique et à fort besoin d'entretien en raison de la faiblesse des taux d'intérêt et des conséquences imprévues des réglementations du marché.

Les réformes de la compensation centrale (règlement EMIR et loi Dodd-Frank) visent à réduire les risques et à améliorer la transparence. Les assureurs qui se couvrent contre les risques de taux d'intérêt et de change doivent déposer tous les jours une marge de variation (VM) afin de couvrir intégralement par le collatéral leur exposition valorisée au prix du marché à tout moment. La VM des transactions compensées doit être enregistrée en espèces tandis que le collatéral des opérations sans compensation peut être en espèces ou en titres (selon l'accord bilatéral entre les deux parties). 

La directive Solvabilité II exige également un collatéral plus élevé, ce qui exerce des pressions sur les bilans des compagnies d'assurances. Les assureurs européens ont par conséquent des positions longues en liquidités (celles-ci ayant un impact neutre sur les SCR).

Bien que le besoin de liquidités reste une réalité pour les assureurs, plusieurs solutions sont à leur disposition pour les préserver ou les optimiser.

Les assureurs qui gèrent activement leurs liquidités peuvent prévoir les soldes de trésorerie à la fin de la journée en temps réel et, en utilisant des solutions de zero-balancing, ils peuvent agréger les soldes quotidiens de plusieurs comptes en un seul compte de trésorerie. Dès lors, une compagnie d'assurances est bien placée pour réinvestir ses soldes de trésorerie dans le marché.

Pour les assureurs qui préfèrent déléguer la fonction de gestion de la trésorerie, une solution de cash sweep exécute un transfert automatisé de tous les soldes de trésorerie vers des fonds du marché monétaire convenus d'avance pour obtenir un rendement supérieur à celui des conditions standards.

Financement de la trésorerie

Les compagnies d'assurances peuvent préférer détenir moins de liquidités malgré les exigences quotidiennes de financement de la trésorerie. Les assureurs qui ont un portefeuille d'actifs diversifiés peuvent accéder à des crédits engagés et/ou non engagés auprès de leur dépositaire afin de faciliter les flux opérationnels et supprimer ainsi le besoin de maintenir une réserve de trésorerie qui freine la performance. 

Les plateformes tripartites- le facilitateur de vos repos, prêt de titres et opérations sur instruments dérivés

Dans la recherche des solutions post-marché de gestion du collatéral, le modèle tripartite mérite d'être pris en compte car il peut aider les assureurs à gérer leur collatéral plus efficacement.

Notre solution tripartite de gestion de collatéral :

  • permet aux assureurs de capitaliser sur les opportunités émergentes ;
  • allège les défis de la gestion d'inventaire, en étant directement connectée à un compte de trading. Nul besoin de gérer une longbox ;
  • gère plus efficacement les opérations de repo du panier puisque le règlement du volet « espèces » est synchronisé avec plusieurs lignes de titres définies par une matrice d'éligibilité (également appelée « panier ») ;
  • offre une plus grande rapidité au donneur de collatéral, en particulier lors du refinancement de petites lignes de titres ;
  • élargit la gamme des actifs éligibles – actions ou obligations d'entreprises –, en obtenant ainsi des spreads d'exécution plus attrayants.

Les compagnies d'assurances peuvent améliorer leurs rendements en utilisant leurs HQLA et optimiser ou préserver leurs liquidités. Pour gérer leur collatéral plus efficacement, elles peuvent avoir recours à une solution tripartite. BNP Paribas Securities Services a lancé la première solution de gestion de collatéral en vingt ans. Les technologies les plus récentes sont utilisées pour permettre à nos clients de faire le suivi en temps réel de leurs besoins en collatéral et d'anticiper leurs futurs besoins de financement.

Suivez-nous