Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (23/124)
L’Investissement ESG – un exercice de gestion du changement
L’Investissement ESG – un exercice de gestion du changement
Retour

L’Investissement ESG – un exercice de gestion du changement

14/01/2019

Cela fait presque deux ans que nous avons publié notre première enquête sur la manière dont les organisations abordent l’investissement ESG. Les résultats nous ont tous surpris, notamment l'intention des investisseurs institutionnels de doubler leurs investissements ESG sur deux ans. Deux ans plus tard, nous voulions effectuer une nouvelle enquête afin de voir ce qui avait changé et si les intentions ESG étaient toujours là malgré un marché plus difficile. Nous venons de recevoir les retours du terrain et nous avons les résultats provisoires, basés sur les opinions de plus de 340 asset managers et asset owners du monde entier

Investir davantage dans l’ ESG

Quelques nouvelles positives. Au cours des deux prochaines années, près de la moitié (49 %) des personnes interrogées s'attendent à ce que 50 à 75 % de leurs fonds intègrent des critères ESG. Près des deux tiers (61 %) estiment que leur portefeuille ESG surperformera au cours des cinq prochaines années. Toutefois, les répondants ont déclaré qu’il n’était pas possible de lier la surperformance aux seuls facteurs ESG. La question que nous nous posons est de savoir si les investissements ESG peuvent prospérer sur un marché plus difficile dans ces conditions.

La difficulté d'avoir les bonnes compétences ESG. Une formation est prévue

Les assets owners recherchent des spécialistes et souhaitent que leurs gestionnaires d'actifs aient une expérience confirmée. Au cours de la dernière année, 54 % des asset owners ont confié un mandat à un gestionnaire en raison de ses compétences en ESG.

Mais comment devient-on un expert et comment acquérir les bonnes compétences ?

40 % des répondants souhaitent former les équipes en place aux principes et aux meilleures pratiques ESG au cours des 12 prochains mois. Moins d’un tiers cherchent à recruter de nouveaux talents ESG issus de milieux non traditionnels (c’est-à-dire d’un cabinet de conseil en développement durable ou d’une ONG). Ce phénomène est intéressant car cela suggère que les équipes ESG se diversifieront à l'avenir, mais que l'objectif principal à l'heure actuelle est de requalifier les équipes existantes.   

Organisation et rôle du PDG

La durabilité et les facteurs ESG concernent la gestion du changement par rapport aux stratégies existantes. L'intégration ESG est un défi mais devient progressivement fondamentale. 40 % des personnes interrogées déclarent que les facteurs ESG jouent un rôle croissant dans la stratégie d’investissement de leur entreprise, même si cela n’est pas encore au cœur de leur stratégie. Un peu moins du quart (23 %) a déclaré que la capacité ESG est intégrée à l’ensemble de l’organisation.

Les équipes d’investissement ESG sont au premier plan en matière d’intégration ESG. Ce niveau de changement et une autre façon de penser requièrent un soutien de la part des dirigeants, en particulier si l’ESG doit être plus qu’un exercice de marketing. Notre enquête de 2017 a révélé que les réponses des cadres dirigeants concernant les capacités ESG étaient bien plus optimistes que celles des analystes ESG.   

Pour cette raison, nous pouvons dire (vous n'êtes peut-être pas d'accord) que les équipes d'investissement ESG devraient relever directement du PDG. Ainsi, les PDG assument la responsabilité de la stratégie et de la mise en œuvre ESG. Cependant, notre enquête révèle que les équipes ESG ne relèvent généralement pas directement du PDG. Un cinquième (20 %) des personnes interrogées ont déclaré que leur équipe ESG ou leur expert ESG relevait du PDG (31 %) plutôt que du directeur des investissements. Faut-il un lien plus fort entre la mise en œuvre ESG et le PDG si une entreprise veut devenir une référence ?

La réglementation est le fil conducteur. Les données sont les obstacles

La réglementation est en cours de mise en place et va accélérer l'intégration de l’ESG. 60 % des personnes interrogées pensent que les décideurs augmenteront leurs exigences en matière de divulgation d'informations ESG au cours des 12 prochains mois. Et un nombre similaire (61 %) prévoit de consacrer davantage de ressources à l'ESG en conséquence.

Il y a bien sûr des obstacles et le plus important reste les données. Pas de changement sur ce point depuis notre sondage de 2017. La qualité inégale des données entre les catégories d'actifs reste le principal défi des asset owners et de leurs gestionnaires. Elle a été citée comme l'obstacle le plus important à l'adoption de l’ESG. En conséquence, les personnes interrogées considèrent que l’agrégation et l’analyse des données constituent la principale priorité des investissements technologiques.

Comment une organisation gère-t-elle l'analyse et les données, ainsi que les incohérences auxquelles elle est confrontée ? Très probablement en faisant appel à des fournisseurs de technologie. Au cours des deux prochaines années, 52 % des personnes interrogées envisagent de faire appel à des partenaires technologiques tiers pour développer les investissements ESG. Un petit nombre d'entre elles cherchent à développer ces capacités en interne.

Les objectifs de développement durable (ODD) – la structure même de l'investissement ESG ?

Et enfin un point sur le changement culturel. Les ODD représentent un changement de mentalité – ils représentent un nouveau point de référence et une approche plus large de l'ESG. Nous avons été ravis de constater que 65 % des personnes interrogées adaptent leurs cadres d'investissement aux objectifs de développement durable. La principale raison pour laquelle les personnes interrogées choisissent de ne pas s'adapter aux ODD est le manque d'informations/de données. Un peu moins de la moitié (46 %) des répondants déclarent que le S (social) est la composante ESG la plus difficile à évaluer et à intégrer dans l’analyse des investissements. Il est possible que les ODD puissent aider sur ce point.

Le sondage final sera publié en mars 2019. Il sera disponible auprès de votre Relationship manager et sur notre site Web peu avant la date de publication.

Suivez-nous