Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (17/124)
L’innovation de la blockchain dans le monde du post-marché
L’innovation de la blockchain dans le monde du post-marché
Retour

L’innovation de la blockchain dans le monde du post-marché

19/02/2019

Mark Wootton

Mark Wootton

Responsable de Custody Product

BNP Paribas Securities Services

Voir profil

L’utilisation de l’innovation de la blockchain, aussi appelée « technologie des registres distribués », se prépare à transformer les marchés de capitaux du monde entier au cours des prochaines années. Mark Wootton, responsable Custody Product chez BNP Paribas Securities Services Australie et Nouvelle-Zélande, croit que le meilleur moyen de convaincre ceux qui sont sceptiques concernant la blockchain consiste simplement à l’utiliser afin de mieux comprendre ses applications potentielles.

La blockchain est considérée comme un moyen de révolutionner les marchés financiers.

Aujourd’hui, nous assistons à la montée en puissance de l’innovation de la blockchain ou de la technologie des registres distribués, les premières mesures menant à sa mise en œuvre ayant été prises dans la région de l’Asie et du Pacifique.

Cette technologie a été saluée comme un moyen de remédier aux inefficacités structurelles inhérentes aux marchés et d’offrir des mesures de sécurité souples et efficaces. Dans le cadre de ses activités de gestion post-marché des actifs, BNP Paribas a réalisé d’importants investissements dans des joint ventures avec des sociétés FinTech impliquées dans la blockchain, comme la prise de participation dans Digital Asset Holdings au début de l’année 2016.

En Australie, une décision a pris certains observateurs par surprise ; l’Australian Securities Exchange (ASX) a annoncé en décembre 2017 le remplacement de son système CHESS (Clearing House Electronic Sub-register System) par une solution fondée sur la technologie des registres distribués. BNP Paribas a collaboré avec l’ASX sur ce projet ; ils prévoient de mettre en service le tout premier système fondé sur la technologie des registres distribués à échelle industrielle d’ici avril 2021.

En Asie, la Bourse de Hong Kong a annoncé son intention de développer une plateforme blockchain pour l’allocation post-marché et le traitement des opérations dans le cadre de son programme Stock Connect avec la Chine continentale. En outre, plusieurs marchés boursiers d’Asie du Sud-Est, dont Singapour, examinent actuellement les capacités de la technologie des registres distribués et son application.

En Europe continentale, la bourse Euronext va déplacer le marché des PME vers une nouvelle infrastructure de marché blockchain. Ce projet est une collaboration entre la bourse et de grandes banques européennes.

Mais certains sont sceptiques.

Selon M. Wootton, convaincre les sceptiques revient à démontrer que la technologie est bien plus qu’une simple plateforme de règlement livraison : « Certains acteurs n’ont pas encore pris la mesure de l’énorme potentiel de la technologie et de son impact au-delà du processus de règlement ».

« Naturellement, nous voyons des pionniers et d’autres adopter une approche conservatrice, mais une fois que le marché aura vu le potentiel des services à valeur ajoutée et que les preuves du concept entreront en production, les organisations se rendront également compte qu’elle [la technologie des registres distribués] est bien plus qu’une plateforme de règlement livraison. »

Le niveau d’incertitude associé à la technologie révolutionnaire, en particulier pour les organisations qui tentent de comprendre les coûts et les incidences de ces changements, est un problème auquel le secteur est confronté.

M. Wootton a indiqué que cet obstacle pourrait être contré par des organisations qui consacrent du temps à mieux comprendre la technologie et sa flexibilité, mettant à leur tour en évidence ses avantages en matière de sécurité.

« Pour vraiment comprendre la puissance de la technologie dont vous avez besoin pour atteindre votre objectif, jouez avec elle et voyez de quoi elle est capable », explique-t-il.

« De plus, dans les circonstances actuelles, où chaque organisation se préoccupe de la cybersécurité, la technologie des registres distribués peut faire partie d’une solution de sécurité à plus long terme. »

Cependant, toute nouvelle technologie s’accompagne d’une réglementation et la technologie des registres distribués représente un défi à cet égard. L’ASX a fait appel à des régulateurs locaux au début du processus d’examen et, par conséquent, nous avons constaté une augmentation du nombre d’experts en technologie des registres distribués qui étudient les aspects technologiques de ces solutions.

Pour M. Wootton, toute question relative à la mise en œuvre de la blockchain se résume à un simple fait : « Les nombreuses utilisations de cette technologie verront probablement naître des gagnants et des perdants à long terme. Ceux qui sont capables de s’adapter et de proposer de nouveaux produits et offres sont bien placés pour répondre aux désirs et aux besoins de leurs clients. »

Les technologies digitales modifient nos méthodes de travail. BNP Paribas considère la technologie blockchain comme une évolution positive et évalue le potentiel de la technologie des registres distribués depuis 2011 en prenant part à des initiatives sectorielles et en travaillant avec des sociétés de FinTech spécialisées dans la technologie des registres distribués. Les progrès réalisés dans le paysage du post-marché poseront sans doute des difficultés, mais ils offriront aussi des possibilités dans ce monde en constante évolution.

Télécharger le PDF:

img_bp2s_bl_innov_2019-02-18.png

Pour en savoir plus

Blockchain

Suivez-nous