Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (50/164)
Que nous apprend Winnie l’Ourson sur T2S ?
Que nous apprend Winnie l’Ourson sur T2S ?
Retour

Que nous apprend Winnie l’Ourson sur T2S ?

01/06/2016

Alan Cameron

Alan Cameron

BNP Paribas Securities Services

Voir profil
Selon Alan Cameron, il reste encore quelques questions à régler si nous voulons que T2S soit efficace dans sa totalité

Regardez la vidéo pour en savoir plus (en anglais uniquement).

L’une des nombreuses joies de la paternité est que l’on a l’occasion de se replonger dans la littérature enfantine. Je me suis notamment redécouvert des affinités avec le célèbre personnage câlin et philosophe de A. A. Milne, Winnie l’Ourson.

Dernièrement, je suis tombé sur le passage suivant : « Voici maintenant Winnie qui descend l’escalier derrière Jean-Christophe, boum, boum, boum, sur l’arrière de la tête. C’est pour lui la seule manière qui soit de descendre l’escalier, mais il a parfois le sentiment qu’il doit exister une autre façon, qu’il découvrirait s’il pouvait arrêter de rebondir et y réfléchir un moment. Puis, il se met à penser que cette autre façon n’existe peut-être pas. »

N’est-ce pas là une parfaite analogie de ce qui se passe dans l’univers de la post-négociation ?

Heureusement, de temps à autre, nos têtes cessent de rebondir et nous trouvons bel et bien de meilleures façons de descendre l’escalier.

Je suis certain qu’avec du recul, Target2-Securities (T2S) sera considéré comme l’un de ces « grands bonds en avant ». L’harmonisation, la sécurité et l’efficience du capital mis en place par T2S valent bien tous les efforts que nous déployons, même si nos têtes souffrent un peu de tous ces rebondissements.

Nous avons tous besoin de franchir l’étape des prochaines vagues et de contribuer à la réflexion de la Banque Centrale Européenne (BCE) sur les projets futurs, mais il reste quelques questions à régler plus vite si nous voulons que T2S soit totalement efficace.

Action 1 : Recentrage sur la réduction du coût global

En principe, le coût du règlement post-négociation auprès des CSD européens devait être plus faible une fois que tous les CSD (Central Securities Depository) allaient utiliser T2S.

Peut-être est-ce difficile à atteindre parce que les volumes n’ont pas continué d’augmenter ; mais il est sûr que la réduction du coût global du règlement doit rester une priorité majeure si l’univers de la post-négociation veut contribuer comme il se doit au à l’Union des Marchés de Capitaux. Comme beaucoup de nos activités, le projet T2S comporte des coûts fixes relativement élevés et des coûts marginaux faibles, d’où la nécessité de réaliser plus d'économies d'échelle et d’attirer de nouveaux volumes. D'après ce que j’observe, ces volumes ne peuvent provenir que de quatre sources : le Royaume-Uni, la Suisse, le marché des fonds et celui des obligations de la zone euro.

Or c’est un véritable défi que de faire adopter T2S à l’un comme à l’autre. Mais cela doit néanmoins être inscrit tout en haut de notre liste de priorités, car ces marchés ont une importance primordiale pour réduire le coût du règlement en Europe.

Action 2 : Évolution des modèles de tarification

Deuxième question, celle de l’évolution des modèles de tarification des CSD et de son impact éventuel.

L’on peut en effet s’attendre à ce que les CSD changent leur structure de prix pour renchérir le coût de la conservation parallèlement à la baisse du coût du règlement. Et le re-balancement des frais entre règlement et conservation n’est pas le seul aspect auquel il faut prêter attention. Certains CSD ont tout intérêt à attirer un plus grand nombre de clients directs et à les dissuader de passer par un agent bancaire intermédiaire. Par conséquent, la grande majorité des établissements financiers qui accèdent aux marchés européens via un agent bancaire craignent aussi que la nouvelle tarification des CSD devienne déséquilibrée et favorise excessivement une catégorie de clients par rapport à une autre.

Il est évident que les CSD doivent être des institutions solides et rentables, et nous sommes conscients de tous les efforts qu’ils déploient pour s’adapter à T2S ; toutefois, ces acteurs doivent en retour faire preuve de transparence à propos de leurs coûts et de leurs frais, et engager un dialogue à ce sujet avec l’ensemble de notre industrie.

Action 3 : Garder une perspective globale

Enfin, quelles seront les interactions entre T2S et le reste du marché ? Ce projet est en effet transposé dans un secteur qui est bien loin d’être statique et qui compte en son sein de nombreuses interconnexions, lesquelles sont souvent liées aux réglementations : directive UCITS V et AIFM pour la sécurité des actifs, Bâle III et BCBS (Basel Committee on Banking Supervision) pour la liquidité et le capital, CSDR (Central Securities Depositories regulation) et CASS (Client Assets Sourcebook) pour la ségrégation des actifs, ou encore EMIR pour la gestion du collatéral, pour n’en citer que quelques-unes.

Et chacune de ces réglementations est, en soi, totalement justifiée. En revanche, on ne sait pas quels seront leurs effets cumulés, ni quelle sera leur relation avec et leurs effets sur T2S.

Nous devons développer nos activités dans le respect de l’environnement réglementaire, mais nous avons aussi bien évidemment besoin de créer une valeur économique réelle.

Gardons le cap

T2S sera un succès – à condition que tous les acteurs du marché gardent le cap sur leurs objectifs premiers tout au long de ce long processus de migration.

On peut s’assurer de ce succès en augmentant les volumes tout en réduisant les coûts, en faisant en sorte que les CSD pratiquent un modèle tarifaire équitable avec leurs participants, et en évitant les investissements redondants. Tout progrès est généralement une bonne chose. Dans ce contexte, la vision, la persévérance et les efforts considérables que beaucoup d’entre nous déploient doivent être reconnus et maintenus.

Suivez-nous