Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (17/164)
Faire le premier pas : le prêt de titres
Faire le premier pas : le prêt de titres
Retour

Faire le premier pas : le prêt de titres

08/06/2017

Natalie Floate

Natalie Floate

BNP Paribas Securities Services

Voir profil

Le prêt de titres a endossé différents rôles au fil des ans : prometteur dans les années 80 puis star des années 90, l'activité de prêt de titres a perdu en popularité lors des perturbations observées sur les marchés en 2008. Aujourd'hui, sa cote remonte de nouveau et, bien qu’elle conserve une nature discrète comparée à ses homologues sur le marché, l'activité fait parler d’elle plus que jamais. Dans quelles mesures a-t-on recours au prêt de titres et comment peut-il aider l’investisseur institutionnel à atteindre plus efficacement ses objectifs d’investissement ?

Une grande part de l’intérêt pour le prêt de titres est le fruit d’une supervision réglementaire renforcée ainsi que de meilleures normes du secteur visant à améliorer la transparence. Cela s’explique également par l’introduction, de la part des prêteurs, d’une gestion des risques mieux adaptée dans le cadre de leur processus de prêts de titres. Le renforcement de la supervision s’est traduit par de nouvelles innovations centrées autour du client et par le développement de programmes personnalisés en fonction des exigences de rendement/risque propres aux clients.

Néanmoins, le rôle des prêts de titres est resté fondamentalement le même.

Un apport de liquidités pour les marchés

Conformément aux bonnes pratiques du secteur, un marché dispose généralement d'activités de prêts et d’emprunts afin de favoriser son efficacité et son bon fonctionnement. En ce qui concerne les régulateurs et les chambres de compensation, la mise en place de pratiques de couverture d’un défaut de règlement-livraison de titres (« fail coverage ») participe à la fluidité des marchés et limite le risque d’un effet domino. Ces pratiques se sont révélées essentielles dans le cadre des efforts visant à réduire les cycles de règlement-livraison.

Le prêt de titres permet aux teneurs de marché de se couvrir lorsqu’ils émettent des contrats à terme, options, titres à double cotation et titres convertibles pour le compte de leurs clients. Les courtiers ont accès à des actifs liquides de grande qualité (HQLA) qu’ils peuvent utiliser comme collatéral auprès des contreparties centrales et afin d'ajuster leurs bilans conformément aux exigences réglementaires.

Les fonds long/short vous rappellent-ils quelque chose ? Ces derniers nécessitent le recours aux prêts de titres dans l’exécution de leur stratégie d'investissement. La nature discrète de ces prêts fait que, dans une salle des marchés, personne n’y prête attention. Cependant les prêts de titres sont essentiels au bon fonctionnement des activités des négociateurs.

En 2017, les prêts et emprunts de titres ont représenté environ 1 800 milliards d'euros. Si l’on considère la répartition en actions (49 %) et en obligations (51 %), cela signifie que le chiffre d’affaires mondial est inférieur à 2 % du chiffre d’affaires quotidien du Dow Jones. Cela semble peu ? Peut-être. Pourtant le taux est cohérent dans la mesure où les prêts de titres jouent le rôle de facilitateur. Peu importe les raisons qui se cachent derrière une décision d’investissement (négociation, couverture, garantie, couverture d'une transaction échouée), elles se traduiront par un emprunt de titres. Ce rôle de facilitateur signifie que le prêt de titres s’effectue en arrière-plan et que sans cette capacité d’emprunt ou de prêt, ces activités clés ne pourraient être réalisées de manière aussi fluide.

Optimisation des performances

Les réserves grandissantes d'actifs stables adaptés aux prêts, détenus par les fonds de pension, les compagnies d'assurance et les organismes gouvernementaux, sont de plus en plus sollicitées dans le cadre des programmes de prêts.

Prenons le cas d'un fonds de pension doté d’un portefeuille fortement investi en obligations d'État. Ses clients sous-jacents, bien qu’ayant opté pour un profil de risque peu élevé, espèrent tout de même des performances supérieures à celles de l'indice de référence. Le prêt de titres est une technique qui permet de générer des revenus supplémentaires en prêtant l’obligation dans le cadre d’une opération entièrement garantie et dans laquelle le gérant du fonds détermine le profil de risque du collatéral. Les fonds de pension conservent une grande souplesse dans la détermination du volume à prêter, de l’emprunteur et du rappel des titres prêtés. Si vous détenez un portefeuille « buy-and-hold » dans un environnement de faibles taux d'intérêt, une stratégie de prêts de titres pourrait générer une performance de 5, 10, 15 points de base supplémentaires.

Que se passe-t-il lorsque vous prêtez un titre ? Le prêt de titres consiste à transférer la propriété du prêteur à l'emprunteur tout en permettant au prêteur de conserver tous les droits de propriété « économiques ». Les conditions relatives au collatéral et aux commissions peuvent être établies à la date de la transaction et ainsi offrir une flexibilité totale aussi longtemps que possible.

Réduction des commissions

Dans le contexte actuel de faibles rendements, toute l'attention est à nouveau portée sur les commissions. Un gérant de portefeuille, de passage en Australie, s’est vu interrogé à propos de ses commissions avant même de pouvoir parler de ses performances. Les commissions des banques et des gérants de portefeuille font l’objet d'une surveillance accrue. Les évolutions réglementaires déployées à l’échelon mondial visent à apporter plus de transparence en la matière. Selon les gérants d'actifs, le prêt de titres peut réduire les frais pour leurs clients par la génération de revenus, les titres  étant par ailleurs inexploités sur les comptes des dépôts. Car c'était là en effet le rôle premier des prêts de titres : celui de générer des revenus supplémentaires pour compenser les commissions des investisseurs institutionnels.

Et les risques ?

Les bénéficiaires effectifs souhaitent aujourd’hui comprendre les raisons qui tirent les performances à la hausse, ou à la baisse, et connaitre les risques potentiels. Ils savent qu’ils peuvent bénéficier d’une certaine flexibilité et adapter leurs programmes de prêts de titres, conformément aux profils de rendement/risque.

Une sélection minutieuse des emprunteurs et des paramètres relatifs au collatéral sont les piliers de la gestion des risques pour un agent de prêt. L’indemnisation liée au prêt de titres constitue une politique d'assurance qui protège les investisseurs face au risque de crédit de l’emprunteur. Dans le cas d’un défaut de la contrepartie, l'agent prêteur utilisera le collatéral disponible pour racheter les titres du client ou lui restituer un montant équivalent en espèces.

Certains prêteurs ont prêté des titres lors des turbulences observées sur les marchés en 2008-2009 sans difficulté aucune et continuent de prêter encore aujourd’hui. Ils possèdent une visibilité quant à leurs profils de risque et gèrent leurs programmes de prêt conformément à leur cadre de risque global standard.

Comment savoir si le prêt de titres est adapté à vos besoins et à votre fonds ?

Le prêt de titres, comme toute activité d’investissement, implique d’être parfaitement compris, notamment son fonctionnement global, les risques associés et les techniques permettant de limiter ces risques. Votre fonds présente-t-il des caractéristiques uniques dont il faut tenir compte ?

Commencez par le programme d’un dépositaire dans le cadre duquel vous bénéficierez d'une flexibilité totale et d’un expert pour gérer l’activité à votre place. Souhaitez-vous prêter un seul portefeuille ? Limiter les participations trop importantes ? Gérer le programme depuis une plateforme électronique ? Votre agent de prêt peut gérer tous ces aspects pour vous, dans le respect de vos besoins d'investissements fondamentaux.

Comme pour toute décision d’investissement, demandez une estimation des performances et évaluez-les face aux risques et rendements associés. Procédez par étape, en commençant peut-être par une seule classe d'actifs, telle que les obligations, et en élargissant progressivement votre programme.

Pensez au rôle du prêt de titres dans votre profil d’investissement global. Discutez avec des sociétés qui disposent d’un solide cadre de gestion des risques, d’outils de reporting et de connaissances du marché local. Ils peuvent déterminer les opportunités les mieux adaptées à vos titres et à votre profil de rendement/risque dans l’intérêt de leur client : vous.

Suivez-nous