Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (45/164)
Assureurs et Solvabilité II : des modèles de transparisation à la hauteur des défis ?
Assureurs et Solvabilité II : des modèles de transparisation à la hauteur des défis ?
Retour

Assureurs et Solvabilité II : des modèles de transparisation à la hauteur des défis ?

06/06/2016

Dans l’ère Solvabilité II, le principal défi des compagnies d’assurance est la gestion de la transparence, en particulier concernant la relation avec leurs gérants d’actifs externes

Le 1er janvier 2016 a marqué le début de la période la plus complexe jamais rencontrée par les compagnies d'assurance réglementées par l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP).

En effet, l’entrée en vigueur de la directive Solvabilité II, si elle ne révolutionne pas complètement leur organisation, rajoute néanmoins un ensemble de nouvelles contraintes qui complique encore la tâche.

Au final, la situation se complexifie grandement pour ces acteurs qui, pour pouvoir manœuvrer dans ces eaux tourmentées, devront adapter non seulement leurs moyens, mais aussi leur stratégie.

L’un des défis majeurs des compagnies d’assurance dans l’ère Solvabilité II est la gestion de la transparence, surtout concernant la relation avec leurs gérants d’actifs externes.

Les assureurs doivent comprendre les activités d’investissement de leurs gérants d’actifs externes afin de disposer des réserves de fonds propres suffisantes pour parer les risques liés aux fonds. Les activités d'investissement pouvant donc influer sur les exigences de fonds propres (SCR), c’est vraiment un domaine clé que les assureurs doivent parfaitement maîtriser.

Cette obligation de transparence accrue est aussi l'occasion d'assurer un meilleur suivi des risques et de mieux connaître l’exposition des actifs à tel ou tel pays ou émetteur : c'est pourquoi les assureurs doivent absolument mettre en place une plus forte  transparisation, notamment dans le reporting des positions.

Dans cet entretien publié avec Clear Path Analysis, nos experts en assurance et en gestion des risques abordent ces modèles de transparisation dans le détail et se posent la question de l'utilité de l’externalisation pour garantir la collecte de données uniformes, pouvant être facilement comparées et compilées dans leurs systèmes internes.

 

Lire l'article complet (en anglais uniquement):

Lire l'article complet

 

Téléchargez le rapport complet de Clear Path Analysis (en anglais uniquement) «Insurance Asset Management, Europe 2016»

Suivez-nous