Politique cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l’élaboration de statistiques.  Pour obtenir plus d’information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique cookies.

Articles (17/164)
La gestion passive s’impose dans les portefeuilles
La gestion passive s’impose dans les portefeuilles
Retour

La gestion passive s’impose dans les portefeuilles

08/06/2017

En moins de trente ans, les fonds indiciels cotés (ETF) sont devenus des outils d’investissement parmi les plus importants

Durant le printemps, BNP Paribas a organisé un hackathon mêlant clients et collaborateurs, autour d'ateliers et de séances de brainstorming, afin de découvrir le plein potentiel des ETF en Europe. Deborah Fuhr, Dirigeante associée d’ETFG et l’une des principales intervenantes durant cet événement, examine les raisons de l’essor des ETF et s’intéresse aux défis auxquels devra faire face l'industrie.

Les ETF (Exchange Traded Funds) présentent aujourd’hui l’une des plus fortes croissances du secteur de la finance. Le mois de mars 2017 a enregistré, pour la 38e fois consécutive, des entrées de capitaux nettes positives en direction des ETF, un record que peu d'autres produits sont capables d'égaler. Avec 197 milliards de dollars de nouveaux capitaux investis dans les ETF au premier trimestre 2017 (contre 390 milliards de dollars pour l’année 2016 dans son ensemble), le record est là aussi battu pour la période.

C’est aux États-Unis que les ETF ont le plus de succès, avec 71 % des actifs sous gestion (2 800 milliards de dollars). L’Europe se place en deuxième position, avec 16 % des encours (640 milliards de dollars) et la troisième place revient au Japon, avec 5 % des actifs sous gestion (207 milliards de dollars). Avec seulement 136 milliards de dollars d’investissements en ETF dans le reste de l’Asie-Pacifique, la région devrait connaitre une croissance fulgurante dans les années à venir.

Un attrait pour un grand nombre d’investisseurs

Un certain nombre de tendances macroéconomiques rendent les ETF intéressants aux investisseurs de tous horizons. L’environnement actuel, marqué par les faibles rendements, a permis aux ETF de gagner en popularité ces dernières années. Avec des performances qui se tassent, les investisseurs se tournent de plus en plus vers des solutions alternatives à plus faibles coûts à l’image des ETF, qui constituent selon certains une meilleure source de rendements réels.

Les ETF apportent en outre aux investisseurs simplicité et transparence. En effet, ils leur permettent d’acheter ou de vendre sur les marchés secondaires tout au long de la journée et leur donnent la possibilité d’effectuer des opérations ETF sur marge, à découvert et sur option. Par ailleurs, l’une des caractéristiques propres aux ETF est d’offrir à tous les investisseurs, qu’ils soient institutionnels ou privés, la même gamme de produits. Les investisseurs peuvent ainsi accéder à l’ensemble des marchés financiers, et tout particulièrement à des classes d'actifs considérées auparavant comme trop chères et complexes pour les petits investisseurs institutionnels ou les investisseurs particuliers.

Aucun autre produit ne présente un tel attrait pour des investisseurs d’horizons aussi variés. En effet, les ETF attirent les investisseurs de court terme, car ils sont souvent moins chers que les contrats à terme. Ils aident également les investisseurs tactiques qui souhaitent ajuster leurs allocations sans pour autant changer leurs mandats sous-jacents. Enfin, ils sont utiles aux investisseurs de long terme (47 % des ETF sont détenus sur un horizon supérieur à deux ans).

Des opportunités grandissantes

L’intérêt grandissant pour l’investissement socialement responsable (ISR) a généré des opportunités pour les ETF. Ces derniers permettent aujourd'hui de s’exposer à de nouveaux indices centrés autour de l’ISR, des énergies renouvelables ou d'autres secteurs de niche dans lesquels les investisseurs souhaiteraient investir. Les ETF facilitent en outre l’exposition aux pays, en particulier les marchés émergents, où les investisseurs ont des difficultés à identifier des solutions d’investissement adéquates.

Le nombre grandissant d'allocation aux véhicules d'investissement passif reflète en outre l’intérêt de plus en plus important à l’égard des robo advisors. Ces derniers gagnent en popularité grâce à des courtiers tels que Vanguard et Charles Schwab qui proposent ces services aux investisseurs. Les ETF sont particulièrement pertinents pour les robo advisors en raison de leurs faibles coûts, de leur simplicité et de leur exposition à de nombreuses classes d'actifs.

Les enjeux du secteur

Les enjeux sont encore nombreux et la sensibilisation constitue le principal défi. En dépit de la croissance du secteur, les ETF restent peu compris par beaucoup d’investisseurs potentiels. Parallèlement, comble de l’ironie pour un produit qui a su s’imposer en partie grâce à sa nature transparente, il peut être difficile d'obtenir des données précises relatives aux ETF. Dans la mesure où les capitaux des ETF sont gérés par les courtiers plutôt que par les gestionnaires de fonds, le nombre d’ETF vendus peut se révéler opaque.

Le secteur des ETF doit en outre améliorer son modèle de distribution, en particulier en Europe, où les conseillers financiers ont davantage intérêt à inciter les investisseurs à se tourner vers d'autres produits qui versent des commissions. C’est d'ailleurs pour cette raison que les investisseurs particuliers européens ont moins recours aux ETF que leurs homologues américains. Néanmoins, les règlementations européennes telles que la Directive sur les marchés d’instruments financiers (MiFID) ou encore le Retail Distribution Review (RDR), qui interdisent les commissions aux conseillers financiers indépendants, devraient favoriser le recours aux ETF.

Autre domaine d'amélioration pour le secteur : les ETF, à l’instar des OPCVM cotés en bourse, peuvent être vendus en fractions. Ce qui rendrait possible une allocation aux ETF dans le cadre du plan 401K (système d'épargne retraite par capitalisation) des États-Unis. Tous ces défis traduisent la jeunesse relative du marché et se solutionneront en temps voulu.

Dans cet intervalle, la structure des ETF devrait évoluer grâce à l'apparition d’une nouvelle catégorie d’ETF actifs. Ces derniers feront état de leurs positions sur une base trimestrielle et non plus quotidienne. Certaines sociétés de gestion d'actifs estiment qu’ils constitueront un réel avantage car tous les investissements ne seront pas rendus publics, ce qui favorisera les opérations à leur encontre.

Quel avenir pour les ETF ?

À mesure que le secteur mûrit, des ETF composés de nouvelles classes d'actifs voient le jour. Aux États-Unis, la SEC (Commission des valeurs mobilières) révise actuellement son précédent rejet à l’égard d’un ETF bitcoin, appelé ETF Winklevoss Bitcoin Trust. Si la décision est toujours à l'étude, l’apparition d’un ETF bitcoin révèle dans quelle mesure ces produits sont capables d'évoluer pour répondre aux nombreuses préférences des investisseurs d'aujourd’hui.

Les flux devraient se maintenir en direction des marchés développés, notamment aux États-Unis et en Europe. Néanmoins, la croissance sera la plus soutenue sur les marchés des ETF moins matures tels que l’Asie et l’Amérique latine. Les ETF devraient par ailleurs attirer de nouveaux types d’investisseurs comme les assureurs, fonds de pension et hedge funds.

La croissance rapide et l’envolée des ETF est spectaculaire. Leur attrait, leur simplicité et leurs faibles coûts ont fait des ETF, autrefois considérés comme un produit de niche, un phénomène mondial.

Suivez-nous